FRANÇAIS                 

L’ETAT DEVRAIT-IL MIEUX RÉGLE-MENTER LES PUBLICITÉS ?

ARGUMENTATION DE THÉO H. DE 11VP2

Janvier 2019

 

En Suisse, comme partout dans le monde, des études ont démontré que la publicité régissait en partie notre façon de vivre et de consommer. En effet, elle est présentée comme une forme de communication qui a pour but de pousser à consommer certains produits ou avoir recours à des services. Selon des travaux menés par différentes institutions de recherche, visualiser à quatre reprises le même contenu publicitaire ferait en moyenne retenir 50% de son contenu sur la semaine suivant le test. Avec la présence croissante de ce domaine, nous arrivons au point où il est impératif de se demander si la publicité a besoin d’être contrôlée. En sachant qu’elle peut avoir un lien direct avec notre santé mais aussi avec l’économie, il nous faudra donc trancher entre ces deux oppositions.

Pour une simple et bonne raison de santé, il est important que les publicités soient contrôlées plus sévèrement. Comme vu précédemment, ces contenus sont capables d’inciter à la consommation de produit inoffensifs mais également des produits toxiques tels que les cigarettes ou encore l’alcool. Ces produits étant ceux contre lesquels nous nous battons depuis des décennies à cause de leurs effets auprès des jeunes, il est donc primordial, pour l’intégrité 

des générations futures, que ces types de publicités soient bannis des écrans ainsi que des panneaux publicitaires. La publicité a aussi un impact non négligeable sur l’économie. En effet, elle permet le maintien de la plupart des plateformes de diffusion de l’information par le biais de son retour monétaire. Sans cette aide financière, l’information telle que nous la connaissons ne pourrait tout simplement plus circuler. De plus elle joue le rôle d’outils au consommateur, lui permettant de comparer beaucoup plus facilement les produits de grande variété auxquels il est actuellement confronté. Réglementer encore un peu plus la publicité ne ferait qu’étouffer un peu plus les médias et les citoyens.

Nous nous retrouvons donc avec une situation qui présente une totale opposition. Cette dernière étant pour une plus grande influence de la loi sur les publicités mais qui, pour certains, pourraient interférer avec les consommateurs, plateformes de diffusion et autres médias. Il serait toutefois sûrement préférable de s’abstenir de trop grande restriction si nous voulons garder une information libre et facile à transmettre.  Par Théo H. de 11VP2.